Julien Soone : Interview pour Tonsor & Cie

Si vous qui êtes déjà venus dans le Concept-Store de Tonsor & Cie (rue Bouquières à Toulouse) ou si vous qui nous suivez sur les réseaux sociaux, vous avez pu remarquer la place importante que tenait chez Tonsor & Cie l’art graphique, le graffiti et le street art, le grand mur de notre Social Club en est l’exemple parfait.
Ce mur est un support d’expression et de liberté en constante évolution.
Les artistes s’appropriant ce mur se succèdent, jouant chacun avec ses styles artistiques et avec les codes de Tonsor & Cie.

 

"Si

Ainsi, après Dit Cheyenne, Hyane, Joan Tarrago et bien d’autres, nous avons proposé, au printemps 2019, une carte blanche à l’artiste Julien Soone afin que ce dernier crée une œuvre originale sur le mur du Social Club de Tonsor & Cie.

Seule contrainte, glisser dans l’œuvre créée pour l’occasion des touches de l’ADN de Tonsor & Cie.

Le résultat est magistral.

Julien,soone,social,club,street,art,tonsor,cie,compagnie,toulouse

Julien,soone,social,club,street,art,tonsor,cie,compagnie,toulouse

En exclusivité pour Tonsor & Cie, nous avons eu la chance de pouvoir rencontrer Julien Soone dans son atelier toulousain.

Ce fut l’occasion de lui poser quelques questions autour de son parcours atypique ainsi que sur son rapport à l’art et au monde de l’art.

Julien Soone a également évoqué ses techniques et en particulier la technique de « sublimation » qu’il a utilisée pour la réalisation du mur magistral en carreaux de céramique, mur qui depuis quelques mois orne le grand mur du Social Club et a été vu par nombre de Toulousains.

Il est à noter que le design réalisé par Julien Soone sur le mur du Social Club de Tonsor & Cie est disponible en carte postale ainsi qu’en foulard bandana et en carré de soie.

Tonsor & Cie :

Julien Soone, bonjour.
Nous sommes aujourd’hui à Toulouse dans ton atelier de l’Espace 55 (Espace Cobalt).
Je viens de voir tes derniers projets de sculpture en « stéréo lithographie », nous sommes entourés de tableaux réalisés sur carreaux de céramique.
Il y a aussi les fameuses sculptures iconiques en forme de bombe de peintures géantes, dont le design est tantôt réalisé par toi-même tantôt par d’autres artistes avec qui tu collabores.
Il se dégage de ton atelier une énergie très forte, on sent qu’ici la création bouillonne jours et nuits.
Comment en es-tu arrivé là ?
Raconte-nous s’il te plait ton rapport au dessin, au design et à la création.

Julien Soone :

Dans ma jeunesse, j’ai un peu raté mon orientation, je voulais faire du dessin à l’école et je suis tombé sur une conseillère d’orientation qui pour moi eut plutôt un rôle de désorientation.
Je voulais initialement aller en A3 (Section Lycée Art Plastique) et on m’a orienté vers un bac commerce.
Résultat des courses, dès la classe de première, j’ai abandonné le chemin de l’école pour me consacrer entièrement à la peinture.

Julien,soone,social,club,street,art,tonsor,cie,compagnie,toulouse

Julien,soone,social,club,street,art,tonsor,cie,compagnie,toulouse

Tonsor & Cie :

A cette époque, quelle a été la technique vers laquelle tu t’es dirigé naturellement ?

Julien Soone :
A cette époque c’est principalement le Graffiti qui a été mon mode d’expression. J’ai fait des murs en pagaille, des peintures pour lesquelles je ne faisais pas vraiment de déclarations préalables en préfecture si tu vois ce que je veux dire (ndlr : rires).
À ce moment-là, c’était l’acte de « faire un mur » qui pour moi prévalait sur le côté « artistique ».

Tonsor & Cie :
C’est à cette même époque que tu lances l’aventure de la marque “Street Wear Bullrot” ?

Julien Soone :

En fait, je n’aime pas rester figer dans un domaine, je n’ai jamais eu envie d’être un graffeur au pied de son mur durant 40 ans.
Le textile est pour moi un autre support d’expression, de communication.

En ce moment, comme tu peux le voir dans l’atelier, je fais de la céramique, de la sculpture, dehors je travaille sur l’intégralité d’un container.

Ce sont des manières différentes de s’exprimer mais mon moteur intérieur reste le même.
J’avoue que j’ai un certain plaisir à casser et à exploser tous les codes qui régissent chaque discipline.

Tonsor & Cie :

Durant la décennie Bullrott, arrivais-tu à t’exprimer au travers de graffitis et continuais-tu un travail graphique et artistique personnel ?

Julien Soone :

Honnêtement, durant toute cette période, j’avais énormément ralenti le graff. Nous étions une équipe développant constamment des designs pour les nouvelles collections et mon énergie était canalisée dans ce projet.

Tonsor & Cie :

C’est à cette époque que tu es parti vivre en Asie.

Julien Soone :

Oui, l’idée était de me rapprocher des lieux de production de la partie textile (Inde, Chine, Corée, Japon…) ainsi, je me suis installé en Asie.
Puis en 2006, j’ai arrêté l’aventure Bullrott et me suis remis dans mes projets personnels graphiques et artistiques.
Ma première exposition a eu lieu en 2011, en Chine, et en 2015, je suis revenu habiter en France.
Aujourd’hui je me consacre entièrement à mon travail créatif graphique.

Julien,soone,social,club,street,art,tonsor,cie,compagnie,toulouse

Tonsor & Cie :

Tu sembles résolument aimer travailler et expérimenter des supports, des techniques et des matériaux très différents.

Julien Soone :

Tout à fait, il est vrai que je suis souvent catalogué comme un graffeur, ce que je comprends tout à fait vu mon ancienneté dans le milieu du graffiti, mais pour ma part, je me refuse de me cantonner à une discipline.
Aujourd’hui j’ai trouvé des moyens d’expressions qui me comblent et dans lesquels je me retrouve. Si dans l’avenir je venais à tourner en rond, je changerais de mode d’expression afin de toujours être dans une sensation exaltante de création et non dans un train-train.

Tonsor & Cie :

Quelle sont tes techniques actuelles ? Pinceaux, ordinateur ?

Julien Soone :

Aujourd’hui, j’utilise beaucoup mon ordinateur. Je crayonne ou dessine des choses, je scanne, puis vectorise ces croquis dans Illustrator.

Tonsor & Cie :

Pour Tonsor & Cie, tu as réalisé une œuvre sur le mur du Social Club.
Comment as-tu abordé cette collaboration ? Quelle technique as-tu privilégiée ?

Julien Soone :

Pour Tonsor & Cie, j’ai réalisé une œuvre sur un support de carrelage. Je me suis amusé avec différents éléments graphiques qui pour moi sont rattachés à Tonsor & Cie.

L’univers de Tonsor & Cie est très riche visuellement, ne serait-ce qu’avec le Barber Shop et les outils de travail des barbiers. Au final, ma création pour Tonsor & Cie est une sorte de grand bazar visuel organisé.

Tonsor & Cie :

Justement, ton travail sur céramique est absolument incroyable, le rendu esthétique est très fort, pourrais-tu nous expliquer en quelques mots quel est le processus pour arriver à poser un dessin sur un carreau de céramique ?

Julien Soone :

C’est un processus de sublimation sur céramique. Je dessine sur un papier transfert, que je colle sur des carreaux de céramique puis je cuis chaque carreau individuellement. La cuisson se fait dans un four très spécifique que j’ai fait fabriquer sur mesure en Chine et que j’ai ramené avec moi lors de mon retour en France.

Tonsor & Cie :

Quelle a été ton actualité ces dernières semaines ?

Julien Soone :

Ces derniers temps j’ai fait différentes créations. Il y a notamment eut  cet automne l’inauguration au Zénith de Toulouse d’une fresque que j’ai réalisée en mélangeant deux techniques, la céramique et la peinture à la bombe. Cette fresque sera visible par le public puisqu’elle est dans le hall d’accueil.
Le 10 novembre, j’ai réalisé un « live painting » à l’Hôtel Dieu (Toulouse).
Cette performance revêt pour moi une importance particulière car ce sera au profit de l’association « Le 111 des Arts », association dont je suis le parrain et qui est au profit de la recherche médicale autour des cancers pédiatriques.

Tonsor & Cie : Merci Julien.

Découvrir tout l’univers de Julien Soone sur son site : c’est ICI

Vous pouvez également découvrir la collaboration entre Julien Soone et Tonsor & Cie pour la collection Capsule du Wheels and Waves 2019.